Changer la langue | Région*
American flag

*Les produits et services décrits dans nos sites Web ne sont offerts qu’aux résidents du pays sélectionné.

Choisissez votre page d’accueil

AccueilServices aux particuliersGestion de patrimoinePMEServices aux entreprisesSociétés et institutionsÀ propos de BMO
À propos de BMO
<< Revenir à Communiqués de presse
Après deux mois de forte baisse, les prix des marchandises remontent, selon une étude économique de BMO  

 

Après deux mois consécutifs de baisse, l’indice des prix des marchandises de BMO a grimpé de 3,3 % en mai et atteint 128,8 (1993 = 100), grâce aux hausses inscrites dans chacun des quatre principaux groupes de marchandises.

«L’indice des prix des marchandises est encore inférieur de près de 8 % à son sommet de février, mais ce sommet avait été atteint grâce à des prix de l’énergie exceptionnellement élevés, a déclaré Earl Sweet, économiste en chef adjoint, BMO Groupe financier. La tendance à la hausse qui caractérise les prix des marchandises depuis l’été de 2002 se maintient; en mai, ces prix ont atteint un niveau supérieur de près de 19 % à celui de l’an dernier.»

En mai, le sous-indice du pétrole et du gaz a progressé de 4,9 %, après un recul cumulatif de 21,5 % au cours des mois de mars et avril. Cette poussée est due en grande partie au gaz naturel. «Les prix de l’énergie sont encore très élevés par rapport aux niveaux historiques et sont supérieurs de 41 % à leur niveau de l’an dernier», a souligné M. Sweet. Malgré le haut niveau de la production des dix pays de l’OPEP (dont l’Irak ne fait pas partie), les cours du pétrole ont augmenté en réaction aux signes indicateurs d’une diminution des stocks d’essence. À la fin du mois, le prix du West Texas Intermediate (WTI) s’était élevé au-dessus de la marque de 30 $US le baril.

«Dans le cas du gaz naturel, on craint de plus en plus qu’en raison du ralentissement de la production intérieure et de l’accroissement éventuel de la consommation aux États-Unis, il soit difficile de hausser les stocks à des niveaux suffisants avant l’hiver prochain» a expliqué M. Sweet. En mai, le prix moyen du Henry Hub, le gaz naturel de référence aux États-Unis, s’établissait à 5,78 $US le million de BTU, soit plus de 3 $US de plus que le prix moyen de ce mois au cours des huit années précédentes.

Le sous-indice des métaux et minéraux s’est élevé d’environ 5 % en mai, les cours des métaux précieux et de base ayant tous deux inscrit des gains importants. La dépréciation persistante du dollar américain par rapport aux autres monnaies principales a stimulé la demande pour l’or et l’argent, de même que leurs prix. «Des gains importants ont aussi été inscrits pour l’ensemble des métaux de base, au milieu de conjectures voulant que l’activité économique s’intensifie plus tard cette année, d’inquiétudes soulevées par des conflits de travail et de baisse des stocks du LME», a poursuivi M.  Sweet. Bien que l’on s’attende à ce que le rythme de l’activité économique en Amérique du Nord ralentisse quelque peu par rapport à ce qu’il était en 2002, l’accélération de la croissance plus tard en 2003 et l’an prochain, grâce à des stimulants monétaires et fiscaux substantiels, devrait contribuer à pousser les prix des métaux et des minéraux à la hausse au cours de 2004.»

Le sous-indice des produits forestiers s’est élevé légèrement, soit de 0,6 %, en mai. «Cette hausse suivait des gains de plus de 10 % inscrits au cours des six mois précédents, soit la plus forte progression en deux ans.» Les cours de la pâte à papier et du papier ont fait une pause après des hausses assez considérables depuis le début de l’année, hausses dues à des approvisionnements limités et à une demande stable ou légèrement accrue. Même si les récents gains des cours de la pâte à papier et du papier seront probablement soumis à des pressions, les perspectives de ce secteur pour la prochaine année semblent meilleures que celles des produits du bois.

«La production de l’industrie du bois de sciage devra encore être considérablement réduite pour s’aligner sur la demande, a ajouté M. Sweet. Conjugués aux droits de 27 % imposés aux Canadiens qui exportent aux États-Unis, les prix peu élevés et l’appréciation de leur monnaie ont forcé de nombreux producteurs canadiens à subir des pertes.»

Quant au sous-indice des produits agricoles, il a progressé de 2,2 % en mai, le temps humide dans les principales régions agricoles d’Amérique du Nord ayant nui à la récolte de blé et retardé les plantations de maïs. À la suite de l’augmentation générale des prix du dernier mois, l’indice est supérieur d’environ 18 % à celui de l’an dernier. «Les stocks des principales céréales et graines oléagineuses sont relativement bas, ce qui devrait maintenir les prix à des niveaux relativement élevés au cours de la prochaine année, même en tenant compte des récoltes plus abondantes prévues dans les principaux pays exportateurs», a soutenu M. Sweet.

Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier en mai 2003

-

Niveau de mai 2003

Variation en % par rapport à
- (1993 = 100) Un mois plus tôt Un an plus tôt
Toutes les marchandises 128,8 3,3 18,6
Pétrole et gaz 213,6 4,9 41,2
Métaux et minéraux 109,8 5,1 7,0
Produits forestiers 94,8 0,6 3,0
Agriculture 95,6 2,2 17,8

Le rapport complet de BMO Groupe financier sur l’indice des prix des marchandises de mai est accessible sur le site Web de BMO, à l’adresse suivante : http://www.bmo.com/economic.

-30-


Coup d'oeil sur les marchés
à partir de
Dernier Variation   
BMO TSX
TSX Comp
DJIA